Agression contre des écologistes défenseurs des tortues de mer au Costa Rica

Sea turtle nesting grounds on Pacuare Beach, Costa Rica, where poachers attacked conservationists late last month. Photo credit: Sea Shepherd/Eva Hidalgo.Sites de nidification des tortues de mer sur la plage Pacuare Beach, au Costa Rica, où des braconniers ont attaqué des écologistes vers la fin du mois dernier. Photo de: Sea Shepherd / Eva Hidalgo.

Des activistes œuvrant à la protection des tortues de mer ont à nouveau été victimes d’agression au Costa Rica.

Le 4 juin, des volontaires travaillant pour la Société américaine écologiste Sea Shepherd ont interrompu un braconnier en train de subtiliser des œufs de tortues de mer dans un nid sur Pacuare Beach, le long de la côte caribéenne du pays. Ceci a entrainé des menaces de violence de la part d’un réseau local de braconniers. Sea Shepherd a dû engager des agents de sécurité privés en réponse à cela.

Trois semaines plus tard, aux toutes premières heures matinales du 26 juin, deux bénévoles de Sea Shepherd ont été blessés tandis qu’ils patrouillaient le long de La plage Pacuare, lorsque leur groupe fut agressé par au moins dix braconniers armés de bâtons et machettes, selon des rapports de presse.

L’australien Brett Bradley et la canadienne Ellen Campbell ont subi des “blessures légères”, d’après un communiqué de Sea Shepherd. Un porte-parole du groupe a précisé que l’équipe de volontaires n’a nullement été intimidée à la suite de cette attaque.

« Les braconniers criminels qui ciblent l’espèce menacée des tortues de mer du Costa Rica sont de plus en plus frustrés par les actions sur le terrain de l’équipe de volontaires de Sea Shepherd qui font barrage à leurs activités illégales », a déclaré David Hance, Coordinateur de Campagne de Sea Shepherd.

« Ceci indique clairement que la présence des patrouilles de Sea Shepherd sur les plages a bien été efficace, » a ajouté Hance. « Notre équipe a déclaré après avoir expérimenté ces violences de la part des braconniers qu’elle est plus déterminée que jamais à continuer à protéger les tortues. »

Les volontaires faisaient partie de l’Operation Jairo de Sea Shepherd, campagne au cours de laquelle, nous dit le groupe, les activistes patrouillent le long du territoire de nidification des tortues de mer au Costa Rica et au Honduras. Hier, en coordination avec l’ONG locale, Sea Turtle Oversight Protection (Organisme à but non lucratif pour la protection des tortues), l’organisation a lancé des patrouilles de surveillance en Floride où le principal souci ne vient pas tant des braconniers que des formes illégales de pollution légère risquant de désorienter les nouveaux nés et les empêcher d’atteindre la mer.

L’attaque sur Pacuare Beach comporte des similitudes avec un autre cas précédent d’agression violente envers un écologiste défenseur des tortues de mer du Costa Rica. En fait, Operation Jairo porte le nom de Jairo Mora Sandoval, activiste Costaricain de 26 ans qui fut kidnappé, torturé puis tué par des braconniers en mai 2013. Les sept hommes inculpés du meurtre de Sandoval furent acquittés au début de cette année.

A leatherback sea turtle lays eggs. Photo credit: Tiffany Roufs.
Tortue Luth en cours de ponte. Photo de : Tiffany Roufs.

La totalité, excepté une des sept espèces de tortues de mer du globe, nichent quelque part au Costa Rica. Le braconnier empêché de finir son travail sur Pacuare Beach le 4 juin tentait de voler les œufs de la nichée d’une tortue Luth (Dermochelys coriacea).

Plus grande tortue au monde et aussi celle qui est capable de plonger le plus profondément, cette espèce est classée comme « Vulnérable » sur la Liste Rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) des Espèces Menacées. (Sur les six autres espèces de tortues de mer, deux sont classées en « Danger Critique d’Extinction » « deux comme « Menacées d’Extinction », une comme « Vulnérable » et une autre classée en « Données Insuffisantes ».)

Les œufs des tortues Luth sont réputés aphrodisiaques et peuvent rapporter jusqu’à $1 pièce. Etant donné qu’une seule femelle peut pondre 85 œufs ou plus par nid, et concevra normalement plusieurs nids en une seule saison, il y a là des sommes considérables en jeu pour les braconniers dont les activités illégales sont perturbées par les écologistes. Les braconniers du Costa Rica sont devenus de plus en plus violents dans la protection de leur territoire et ont des liens supposés avec le trafic illégal de stupéfiants.

Les populations de tortues Luth ont connu un déclin considérable lors des dernières décennies. Selon l’UICN, le nombre moyen de nids par an est passé de 90,600 à 54,300 durant les trois générations précédant 2010. Malgré cela, les prévisions actuelles prévoient une possible stabilisation de ces populations qui pourraient en fait recommencer à augmenter d’ici 2030.

Cependant, cet accroissement dépend de plusieurs facteurs, avertit l’UICN, parmi lesquels le succès des activités des écologistes devant permettre d’atténuer les menaces envers ces espèces. En plus du braconnage des œufs, parmi les plus grandes menaces auxquelles sont confrontées les tortues Luth on compte également les prises accessoires dans les filets de pêche destinés à la capture d’autres espèces, la chasse directe pour la viande de tortue et le développement côtier, ajoute le groupe.

Il faut également faire face à de nouvelles menaces, déclare l’UICN. Entre autres, les changements climatiques, qui risquent d’augmenter la température du sable sur les plages de nidification et par la même changer la proportion des sexes des nouveaux nés. L’augmentation du niveau de la mer et les tempêtes de plus en plus fréquentes et intenses sont également susceptibles d’affecter les habitats de nidification.

Fresh-laid leatherback eggs. Sea turtle eggs are considered an aphrodisiac and sell illegally for as much as $1 each in Costa Rica. Photo credit: Tiffany Roufs.
Œufs de tortue Luth fraichement pondus. Les œufs de tortues de mer sont réputés aphrodisiaques et se vendent illégalement à $1 dollar pièce au Costa Rica. Photo de : Tiffany Roufs.

Hance du groupe Sea Shepherd a dit lors d’une déclaration que même si les bénévoles du groupe étaient prêts à accepter le risque de violence afin de protéger les œufs de tortues de mer, on ferait appel à une sécurité renforcée pour protéger les activistes.

Il a également exhorté les autorités locales à non seulement aider à assurer la sécurité des écologistes tels que les bénévoles de Sea Shepherd, mais aussi de traduire les braconniers en justice une fois pour toutes.

« Sea Shepherd a pris toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la sécurité de son équipe. Nous avons à nouveau contacté le Ministère Costaricain de l’Environnement, de l’Energie et des Mers, la Garde côtière, ainsi que les ambassades locales dont dépendent chacun des membres de notre équipe » a ajouté Hance.

« Nous sommes aussi en contact avec la police locale et réclamons qu’ils protègent nos bénévoles, qu’ils prennent des mesures rapides contre ces braconniers en représailles à leur attaque, et qu’ils veillent au respect des lois car il s’agit de braconnage d’œufs de tortues. »

Article published by