À propos de mongabay | Aide | Contacter | RSS | Twitter
Page d'accueil    |    Actualités    |    Les forets humides    |    Les poissons tropicaux    |    Photos    |    Pour les enfants     |    Madagascar


Le Président de Madagascar lié au trafic illégal de bois rose (vidéo)


November 06, 2010


La vidéo diffusée par Global Witness et Environmental Investigation Agency montre que les Chinois qui commercent dans le bois de rose sont en relation directe avec le Président de Madagascar Andry Rajoelina, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’état en mars 2009.

L’enquête secrète a mis en évidence plusieurs cas de revendeurs en Chine qui affirment qu’ils traitent directement avec les plus hautes instances du gouvernement de transition de Madagascar. Liu Hongyu, directeur de l’agence Meheco à Pékin, un grossiste de bois de rose, a été filmé en train de dire qu’il traitait directement avec Rajoelina.

Monsieur Lu, propriétaire d'une société d'import à Guangzhou, a dit aux enquêteurs qu'il était un ami de Rajoelina et qu’il a importé plus de 1000 conteneurs de bois de rose de Madagascar. « Il arrive que le gouvernement n'a pas l’argent pour payer ses fonctionnaires, dans ce cas, il vend le bois pour obtenir de l’argent » dit-il devant la caméra. « Le gouvernement fait payer plus de $45.000 par conteneur et impose aussi d’autres taxes. »

L’enquête a également permis de mettre en évidence que les marchands de bois de rose en Chine conseillent leurs clients sur les procédures à suivre pour importer le bois illégal aux États-Unis.




« Vous pouvez faire une déclaration douanière en anglais mais assurez-vous de déclarer « des meubles en bois » indiquent une vendeuse et un propriétaire de magasin interviewés par les enquêteurs. Elle relevait que ‘bois de rose’ ne devrait pas figurer sur le formulaire. « Nous n’avons … jamais eu de problème. »

L’enquête a permis de montrer que le bois de rose de Madagascar sert à la confection de meubles de luxe, dont des lits qui se revendent à des prix de US$ 650.000 à US$ 1.000.000. EIA et GW estiment que 98 pour cent du bois de rose embarqués illégalement de Madagascar terminent en Chine.


Enquête sur le trafic international de bois précieux malgaches : bois de rose, ébène et palissandre
« En Chine, les lits en bois de rose de Madagascar se vendent à un million de dollars pièce, pourtant moins de 0,1% des bénéfices reviennent aux gens de Madagascar » fait remarquer Alexander von Bismarck d’EIA. « Je ne pense pas que les acheteurs de ces lits passeraient une bonne nuit s'ils connaissaient toute l’histoire qui s’est tramée derrière leurs lits. » L’enquête a montré que les revendeurs savent que le bois de rose qu'ils trafiquent et vendent est d’origine illégale et contribue à la destruction des forêts pluviales de Madagascar. Le commerce de bois de rose a été interdit à partir de mars 2010 lorsque « l’autorité de transition » – le groupe qui a pris le pouvoir en mars 2009 – a adopté un moratoire sur l’exploitation et le commerce de bois précieux en réponse à un tollé international. Les rapports récents indiquent cependant que les coupes de bois précieux se poursuivent à Masoala et Makira, des régions forestières reconnues comme Sites du Patrimoine Mondial.

L’exploitation du bois de rose a éclaté au lendemain du coup d’état de 2009. Des dizaines de milliers d’hectares en ont été affectés, y compris certains des parcs nationaux les plus riches, biologiquement parlant, de l'île dont les parcs du Marojejy, de Masoala et de Makira. L’exploitation illégale de bois s’est accompagnée d’une augmentation du braconnage de la faune avec des chasseurs qui ont abattu des lémuriens rares de toute beauté pour vendre leur chair dans les restaurants. Le trafic de bois précieux, réalisé par des bandes armées patrouillant les parcs nationaux, a également causé un lourd préjudice aux activités touristiques qui sont pourtant une importante source de revenus directs et indirects pour les communautés villageoises. Les trafiquants de bois de rose ont intimidé, et même attaqué, ceux qui ont essayé de mettre un terme au pillage.






Related articles

La police dans l'Est de Madagascar arrête un journaliste étranger enquêtant sur le trafic illégal de bois

(10/06/2010) Les autorités de l'Est de Madagascar ont arrêté un journaliste étranger qui enquêtait sur le trafic illégal de bois de Rose. L'arrestation, qui a eu lieu il y a douze jours, se produit alors que le gouvernement central prétend sévir contre le commerce illicite de bois de Rose. Le journaliste, dont le nom et la nationalité ont été cachés pour protéger son identité, s'est vu confisqué son matériel vidéo par la police à Maroantsetra, une ville porte d'entrée du Parc National de Masoala, où est constaté le plus de tronçonnage de bois de Rose. La police, accompagnée des trafiquants de bois de Rose, ont forcé le journaliste à effacer de son appareil ses photos des stocks de bois découpés. Le journaliste et son guide furent ensuite relâchés.


Le message des chercheurs : les palissandres de Madagascar méritent la protection de la CITES

(07/26/2010) Un nouvel article publié dans Science prévient que plusieurs espèces de palissandres de Madagascar pourraient être menées à l’extinction, dû à une crise d’abattage illégal sur l’île. Selon les conclusions des chercheurs, ces espèces à bois dur devraient être prises en considération pour une protection par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).


L’abattage de la forêt tropicale se poursuit à Madagascar en dépit de « l’interdiction » d’exporter le bois

(06/22/2010) Des témoins viennent de nous indiquer que l’exploitation de bois de rose se poursuit dans le Parc National de Masoala en dépit du moratoire du gouvernement portant sur l’exploitation forestière et l’exportation des bois. Une de nos sources basée à Marofinaritra, une ville située entre le Masoala et Antalaha, nous signale d’importantes rotations de camions qui se déroulent toute la nuit pour transporter des rondins exploités illégalement dans le parc.


Madagascar reprend ses exportations de bois de rose exploités illégalement et cela malgré le moratoire

(06/14/2010) Albert Camille Vital, le Premier Ministre de Madagascar sous le régime qui a pris le pouvoir suite à un coup d’état sur cette île nation de l’océan Indien l’année dernière, a accordé, cette semaine, l’autorisation d’exporter des bois précieux pour une valeur proche de 16 millions de US$, bois qui avaient été illégalement exploités dans les forêts des parcs nationaux, selon les documents remis à mongabay.com


Des milliers de tonnes de bois illicites de Madagascar prêts pour l’export

(03/17/2010) Alors même que le Président de la France, Nicholas Sarkozy, veut taxer les transactions financières pour arrêter les déboisements et atténuer les effets des changements climatiques, une expédition de bois de rose illégal est préparée pour l'exportation à Madagascar par une compagnie française avec l’accord tacite du gouvernement français.


Comment mettre fin à la crise du bois à Madagascar

(03/03/2010) Au lendemain du coup militaire de mars dernier, la forêt vierge de Madagascar a été pillée pour son bois précieux, notamment le bois de rose et l’ébène. Des dizaines de milliers d’hectares ont été affectés, y compris les parcs nationaux à la plus grande diversité biologique de l'île : Marojejy, Masoala et Makira. L’abattage illégal du bois a également provoqué une augmentation du commerce de gibier tropical. Les chasseurs massacrent aujourd’hui les lémuriens, rares et inoffensifs, pour la consommation des restaurants.


Les responsables du coup d’état vendent les forêts de Madagascar et ses citoyens

(01/31/2010) Madagascar est renommée pour sa richesse biologique. Située au large des côtes orientales du sud de l’Afrique et avec une superficie un peu plus étendue que celle de la Californie, l’île abrite une collection éclectique de plantes et d’animaux dont 80 pour cent ne sont rencontrés nulle part ailleurs dans le monde. Mais les richesses naturelles de Madagascar ont été assiégées depuis près d’un an au lendemain d’une crise politique qui a vu l’éviction de son président chassé en exil sous la menace armée, l’effondrement des services publics, y compris dans la gestion des parcs et des réserves naturelles et l'évaporation des financements des donateurs qui constituaient la moitié du budget annuel du gouvernement. En l'absence de gouvernance, des bandes organisées ont pillé les trésors biologiques de l’île, en prélevant des bois précieux et des espèces menacées de lémuriens des forêts humides normalement protégées dans des parcs, et ont aussi effrayé les touristes qui représentent pourtant des alliés économiques de la protection de la nature. À présent que les responsables du coup d’état jouent un rôle de plus en plus actif dans le pillage pour financer des élections à venir qui, espèrent-ils, légitimeront leur prise de pouvoir, il faut se demander si le système de protection de la nature de Madagascar qui avait suscité tant d’intérêt peut être restauré et maintenu.


Les satellites pour suivre l’exploitation illégale et le trafic de bois précieux à Madagascar

(01/29/2010) Des experts en télédétection en Europe et aux États-Unis font appel à des images satellite à haute résolution pour identifier et suivre des cargaisons de bois exploités illégalement dans des parcs et réserves de forêts pluviales de Madagascar. Les images peuvent servir à confondre les négociants impliqués dans le trafic ainsi qu’à mettre la pression sur les compagnies qui utilisent les bois précieux originaires de Madagascar.


Madagascar fait un démenti sur l’affaire « d’accaparement de terres » pour le filial Sud coréen

(01/29/2009) De hauts responsables de l’Etat malagasy ont nié qu'ils ont conclu un accord pour mettre plus de la moitié de terres arables de l'île à une société sud-coréenne pour une production alimentaire, rapporta Reuters. L’accord sujet à polémique - qui n’aurait rien apporté à Madagascar et tourné plus de 1,3 millions d'hectares pour produire du maïs et de l'huile de palme pour l'exportation à un moment où un tiers des enfants du pays souffrent de malnutrition - a été signalé la semaine dernière par le Financial Times.














MONGABAY.COM
Mongabay offre des actualités et des informations sur la faune et l'environnement.

Mongabay.com cherche à éveiller l'intérêt pour la faune des zones sauvages, tout en examinant l'impact sur la conservation et le développement des nouveautés concernant le climat, l'énergie, les technologies, les sciences économiques et les finances.

Sommaire
Page d'accueil
Actualités
Les forets humides
Les poissons
Photos
Pour les enfants
Madagascar
Langues
À propos
Aide
Contacter RSS/XML






Acheter des photos








Slideshows
Page d'accueil | Actualités | Les forets humides | Les poissons tropicaux | Photos | Pour les enfants | Madagascar | À propos de mongabay | Aide | Contacter | RS | Twitter



Copyright Rhett Butler 2009