Raviver les traditions

Il y a 13 ans, cette communauté était endettée et affamée car la surpêche, la montée des eaux salées et la déforestation endémique des mangroves l’avaient anéantie.

Alors, les pêcheurs ont commencé à se concerter. Où avons-nous failli ? Pourquoi le poisson dont 90 % des familles dépendaient soudainement devenait-il si rare ?

C’est ainsi que des consultations avec d’autres membres de la collectivité ont commencé : les cueilleurs d’huîtres, les aînés du village, les marchands de poisson en gros et les agriculteurs. Tous ont déclaré que leurs méthodes avaient beaucoup changé depuis l’époque de leurs grands-parents.

Là où leurs aînés avaient utilisé des fibres de coton, les pêcheurs traînaient maintenant d’énormes filets de nylon le long du lit de la rivière, balayant toute la vie marine en vue. Les gens coupaient les huîtres à la racine, quelle que soit leur taille, et les bivalves ne repoussaient jamais. Ils avaient commencé à ramasser du bois pour le vendre à l’extérieur du village et à abattre les arbres comme bon leur semblait.

En peu de temps, les 12 000 résidents de la municipalité rurale se sont rendus compte que l’insistance de leurs aînés à respecter certaines règles dans le milieu naturel n’était peut-être pas aussi étrange qu’ils le pensaient.

Map shows the location of Mangagoulack in the Casamance region of Senegal. Image courtesy of Google Maps.
La carte montre l’emplacement de Mangagoulack dans la région de Casamance au Sénégal. Avec l’aimable autorisation de Google Maps.

Ils ont formé une association de pêcheurs en 2006 dans le but de formaliser certaines des traditions réapprises, ainsi que de nouvelles réglementations pour refléter la présence des bateaux motorisés.

Quatre ans plus tard, le groupe s’est joint à un consortium mondial d’ICCA, un quasi-acronyme désignant des terres traditionnelles conservées par des groupes communautaires autochtones et locaux, et a adopté l’appellation « Kawawawana ICCA » pour usage général. Kawawana dans la langue locale Jola « notre patrimoine local à préserver par nous tous ». À cette époque, le groupe s’étendait bien au-delà de sa base de pêcheurs pour représenter presque toutes les familles et tout le territoire des huit villages de la municipalité de Mangagoulack, d’une superficie de 97 kilomètres carrés (37 milles carrés).

« Nous avons sensibilisé les villageois pour faire comprendre la création de notre association », a déclaré Bassirou Diatta, aujourd’hui secrétaire de Kawawana, en réparant un filet devant chez lui un après-midi d’août dernier.

« Au début, c’était difficile, mais nous savions que nous devions être unis, continuer à parler et à pratiquer ce que nous prêchions. Nous devions également inclure l’État, y compris le maire, et les agences forestières et de pêche », a-t-il ajouté.

La communauté a élaboré un code de conduite pour tous les aspects de l’interaction humaine avec la rivière, les arbres et les terres agricoles, en maintenant constamment un engagement à prendre des décisions consensuelles.

A fisherman pulls in a barracuda at sunset on the waters of the Casamance River, accompanied by an apprentice. Image by Jennifer O’Mahony for Mongabay.
Un pêcheur tire un barracuda au coucher du soleil sur les eaux de la rivière Casamance, accompagné d’un apprenti. Image fournie Jennifer O’Mahony pour Mongabay.

Tout d’abord, les pêcheurs ont divisé les bolongs, ou canaux de la rivière Casamance River. Certains étaient réservés uniquement aux résidents, tandis qu’un autre, le bolong de Tendouck, était ouvert à tous mais soumis à des restrictions. Le bolong de Mitij, une zone considérée comme sacrée par les habitants, a été fermé à toute activité de pêche afin d’éviter de mettre en colère ses esprits protecteurs et de permettre aux poissons de s’y reproduire. Son entrée a été marquée par des fétiches placés par des femmes qui sont craintes et respectées dans la communauté pour leur capacité présumée à communiquer avec ces esprits.

L’ethnie Jola, concentrée en Casamance, a longtemps suivi les traditions animistes aux côtés de l’islam ou du christianisme. De cette façon, la communauté a utilisé les anciennes traditions de la région pour délimiter le territoire et effrayer les envahisseurs potentiels. Un conseil des anciens sert de médiateur dans les différends avec les pêcheurs qui braconnent illégalement dans la communauté.

En plus, Kawawawana a interdit les filets en nylon et l’utilisation de moteurs dans les zones de pêche, car ils causent la surpêche et perturbent les espèces pendant l’accouplement.

Ensuite, ils se sont engagés à refuser l’argent des ONG, après avoir vu tant d’initiatives dans la région échouer lorsque le financement extérieur ou l’intérêt a faibli. Kawawana, juraient-ils, serait entièrement indépendante du gouvernement ou de toute organisation locale ou étrangère.

Kawawana a accepté 46 000 dollars du Fonds pour l’environnement mondial et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) après sa création, ainsi que quelques modestes dons d’autres sources, mais fonctionne désormais de manière indépendante. Le PNUD a décerné à Kawawana son Prix Équateur pour le développement durable en 2012.

Kawawawana a également entrepris de replanter des arbres dans des zones où les mangroves avaient commencé à reculer en raison de l’abattage d’arbres et de l’augmentation des niveaux d’eau salée due principalement au changement climatique, ciblant 19 hectares (47 acres) en 2008. Ils ont renouvelé les anciennes digues anti-sel qui redirigeaient l’eau douce afin que les villageois puissent continuer à cultiver du riz. Ils ont parlé à des femmes qui n’arrêtaient pas de couper du bois et leur ont demandé de ne l’utiliser qu’à l’intérieur du village et de ne surtout pas le vendre.

A map uses red to show the sacred Mitij bolong, or channel, where Kawawana has prohibited fishing; tan to show bolongs reserved for fishing by Mangagoulack residents; and yellow to show the Tendouck bolong, where anyone can fish if they follow certain restrictions. Image courtesy of Kawawana ICCA.
La couleur rouge sur cette carte montre le bolong sacré Mitij, ou canal où Kawawana a interdit la pêche ; le fauve pour montrer les bolongs réservés à la pêche par les habitants de Mangagoulack ; et le jaune pour montrer le bolong Tendouck, où chacun peut pêcher si certaines restrictions sont respectées. Image avec l’aimable autorisation de Kawawana ICCA.

Les femmes âgées, qui ramassent, grillent et vendent des huîtres pour augmenter les revenus des ménages, ont également adapté leurs méthodes pour permettre aux précieux mollusques de repousser. Ils ont limité leur saison de récolte et ont imposé la pratique de laisser les petites huîtres derrière eux, plutôt que de les couper toutes des racines des mangroves auxquelles elles s’accrochent.

En 2012, la rivière était à nouveau pleine de poissons, dont certaines espèces qui avaient disparu lorsque les anciens du village étaient jeunes, et les huîtres abondantes. Bientôt, loutres, dauphins, crocodiles, pélicans, alouettes et cormorans nageaient et plongeaient dans les eaux de la rivière, se nourrissant de poissons.

« La population était vraiment soulagée de voir le poisson revenir et d’avoir un peu d’argent à dépenser, surtout pour nos enfants. Nous avions besoin de cela pour les envoyer à l’école », a déclaré la secrétaire de Kawawawana, Mme Diatta.

Les ostréiculteurs ont également constaté une différence dans les finances de leur famille. « Quand Kawawawana est apparue, les choses ont commencé à ressembler à ce qu’elles étaient avant », dit Dienaba Diedhiou, une collectrice d’huîtres de 70 ans, alors que ses petits-enfants jouaient à ses pieds. « Les gens ont commencé à les récolter correctement. »

« Je peux gagner 1000 francs CFA[1,76 $] par pot, et je touche 15 ou 20 par jour. Avant, les gens ne respectaient pas les règles sur les saisons et c’était difficile d’y arriver », dit-elle.

Application des règles

Après quelques années d’abondance, la prochaine vague de problèmes de Mangagoulack a commencé.

Assis à l’extérieur de sa maison sur une chaise en plastique alors que son téléphone portable sonnait sans cesse, Mamina Goudiaby, présidente de Kawawana, a expliqué comment l’association est devenue victime de son propre succès.

« Un changement radical est survenu, et certaines personnes ont commencé à pêcher pour la première fois. Les amateurs ont commencé à se présenter dans les bolongs pour attraper quelques poissons à vendre, sans la formation ou les techniques nécessaires pour protéger l’environnement.

Pendant ce temps, les pêcheurs professionnels avec de plus gros bateaux venant d’aussi loin que du nord du Sénégal et de la Guinée-Bissau voisine avaient également eu vent du succès de Kawawana, ayant épuisé leurs propres stocks dans leur pays. Ils pêchaient sans discernement à l’ancienne, menaçant ainsi les efforts des villageois.

Kawawawana a donc commencé à former la deuxième phase de sa stratégie : la surveillance.

Après que le groupe a payé la formation de ses membres auprès de l’agence nationale des pêches, Kawawana a été autorisée à patrouiller ses eaux pour arrêter et condamner les contrevenants à des amendes sans permis ou en violation des règles de l’ICCA.

« Si nous attrapons quelqu’un dans le bolong de Mitij, nous confisquons tout son équipement et le poisson, et il pourrait se voir imposer une amende de 300 000 FCFA [530 $]. Son équipement pourrait être gardé pendant trois mois », a déclaré M. Diatta.

The motorboat Kawawana uses for surveillance. Fishing by outsiders in restricted areas or using prohibited gear remains an issue. Image by Jennifer O’Mahony for Mongabay.
Le bateau à moteur que Kawawana utilise pour la surveillance. La pêche pratiquée par des étrangers dans des zones réglementées ou à l’aide d’engins interdits demeure un problème. Image fournie Jennifer O’Mahony pour Mongabay.

Grazia Borrini-Feyerabend, coordinatrice mondiale du ICCA Consortium, basé en Suisse, a travaillé avec l’association pour organiser le zonage et pour faire approuver ses plans par l’État. Elle déclare à Mongabay que le niveau d’autorité accordé à l’association était très inhabituel.

« Ils ont plus de pouvoir en matière de surveillance et de blocage des opérations que je n’en ai jamais vu, ce dans de nombreux pays », a-t-elle dit. « Il est très rare que des agents qui ne sont pas des agents de l’État soient autorisés à appréhender les contrevenants et même à confisquer leurs biens. »

Pour cela, le groupe a parfois reçu des menaces de mort. Néanmoins, cette opération s’est poursuivie, s’appuyant sur l’expertise d’un département de biodiversité créé en 2009, qui compte et surveille régulièrement la présence de poissons et d’espèces animales, ainsi que les précipitations et les niveaux de sel.

En 2012, le département a constaté que le nombre de poissons avait quadruplé à certains points de surveillance et que les niveaux d’eau salée avaient diminué considérablement.

Après avoir reçu une formation extérieure dispensée par des écologistes français, le département a également commencé à surveiller la déforestation, se plaignant auprès de l’agence forestière nationale si elle trouvait des preuves de coupe illégale de bois.

Ensuite, les collectrices d’huîtres ont commencé à cibler les femmes qui endommageaient de façon permanente les parcs à huîtres, imposant des amendes à celles qui récoltaient sans discernement ou qui ne respectaient pas les règles de Kawawana. « Nous sanctionnons celles qui font ces choses, non pas par méchanceté mais pour leur apprendre à respecter les règles », a déclaré Aissatou Sambou, président de la division des collecteurs d’huîtres de Kawawawana, d’un ton froncé.

Oysters cling to the roots of the mangroves in the waters of the Casamance River. Image by Jennifer O’Mahony for Mongabay.
Les huîtres s’accrochent aux racines des mangroves dans les eaux de la rivière Casamance. Image fournie Jennifer O’Mahony pour Mongabay.

Mais le problème du braconnage persiste aujourd’hui et constitue un microcosme du pillage plus large des eaux sénégalaises par les chalutiers étrangers. Un article paru en 2014 dans la revue Fisheries Research estimait que le Sénégal perdait 300 millions de dollars par an – environ 2 % de son PIB – à cause de la pêche illégale.

Même si on trouve encore abondamment du poisson à Mangagoulack, pêcheurs reste beaucoup plus élevé que la capacité, et ils sont souvent motivés par le profit plutôt que par la subsistance.

Alassane Diedhiou, pêcheur sur le point de prendre sa retraite, a donné son sombre bilan : « La menace demeure importante », a-t-il dit. « Nous avons du poisson, mais le nombre de personnes qui pêchent a beaucoup augmenté par rapport à avant. Nous sommes sur le point de revenir à la situation antérieure. »

Les pêcheurs de Kawawana ne pêchent que la nuit, car leurs filets de coton sont visibles pendant la journée et se reposent pendant la journée, laissant les eaux de la rivière vulnérables. Goudiaby, président de Kawawana, a déclaré que les braconniers de la plus grande ville de Casamance, Ziguinchor, pêchaient « du matin au soir », utilisant souvent des filets monofilament interdits.

En 2016, les pêcheurs ont perdu l’un de leurs deux bateaux de surveillance motorisés lors d’une tempête et n’ont pas été en mesure de réunir les fonds nécessaires pour le remplacer.

Nouvelles menaces

Au-delà de ses difficultés avec des étrangers, Kawawana fait face à deux autres menaces graves, l’une d’un barrage inachevé et l’autre d’un changement d’attitude face aux modes de vie traditionnelle dans la communauté.

En 1980, la construction du barrage près du village d’Affiniam, affilié à Kawawana, s’est achevée grâce à des investissements chinois. Les finissions n’étant pas entièrement terminées, le niveau de sel a rapidement augmenté dans l’eau le long des rives avoisinantes, détruisant totalement les rizières et les puits d’eau potable environnants.

Dans le village de Bodé, affilié à Kawawana, plus en aval de la rivière, un vieillard aveugle du village a expliqué les répercussions qu’il avait observées pendant quatre décennies, sa petite-fille tenant sa main gauche : « Sur les rives, on trouvait des vergers, des puits et des rizières, mais aujourd’hui, les gens se plaignent que tout cela a disparu et que leurs moyens de subsistance n’existent plus à cause du barrage », a déclaré Ousmane Soumaré. « 80 % de cette population manque de terres propices à la culture du riz. Nos populations cultivaient le riz de la même façon que d’autres communautés. Nous ne mangeons que du riz importé en saison pluvieuse. »

Ce sont les enfants qui puisaient l’eau potable, mais aujourd’hui, il faut parcourir des kilomètres, a-t-il ajouté.

Le changement climatique n’a fait qu’aggraver le problème avec le temps, ne laissant aux villageois autre choix que l’augmentation de leur coût de vie en achetant des aliments importés.

Casamance était par le passé le « grenier » du Sénégal, où chacun produisait autrefois assez à manger. Cependant, l’augmentation des niveaux d’eau salée a mis la Casamance en danger, aggravée par la perte de revenus d’une industrie touristique qui ne s’est pas encore remise d’un conflit séparatiste qui dure depuis longtemps. Cette année, 357 000 Sénégalais se trouvent dans une « situation de crise » alimentaire, principalement dans le nord du pays frappé par la sécheresse, selon le Programme alimentaire mondial de l’ONU..

Par sa visite au Sénégal cet été, le président chinois Xi Jinping avait fait naître l’espoir que les problèmes de barrage seraient enfin résolus, mais pour l’instant les améliorations restent une rumeur.

« Le barrage nous prive de bien de choses et ses conséquences sont énormes. Les populations se plaignent avec raison », a déclaré Ousmane Diedhiou, maire de Mangagoulack. Deux visites du ministre de l’Agriculture n’ont eu aucun effet, a-t-il dit.

Mamina Goudiaby, president of Kawawana, in front of his home. Image by Jennifer O’Mahony for Mongabay.
Mamina Goudiaby, president de Kawawana, devant chez lui. Image fournie Jennifer O’Mahony pour Mongabay.

Au-delà du problème de barrage, Kawawana est en détresse car les jeunes, plus éduqués et ambitieux se détournent de l’agriculture, de la pêche et d’autres métiers manuels dans l’espoir de devenir fonctionnaire, du moins de travailler dans des bureaux climatisés dans la capitale. La majorité des pêcheurs et collecteurs d’huitres, fondateurs de l’association iront bientôt à la retraite, tandis que certains sont décédés depuis longtemps. Ils sont tous conscients du fait qu’ils ont besoin de jeunes dans leur association.

Pour cela, ils se tournent vers le maire Diedhiou, qui, à 35 ans, est l’une des rares figures d’autorité proches en âge des adolescents de la communauté qui préparent peut-être leur sortie vers une grande ville. Il organise des campagnes de sensibilisation chaque été pendant les vacances scolaires pour écouter les préoccupations des jeunes et les persuader de donner une chance à la vie rurale.

« Nous devons vraiment nous entretenir avec les jeunes pour les empêcher de nous quitter. Nous sommes un peuple débordant de talent, mais ce potentiel n’est pas exploité », a-t-il dit.

« Pour la plupart des jeunes, si vous ne vivez pas dans une grande ville comme Dakar ou Ziguinchor, c’est un échec, et ce n’est pas vrai. Des gens vivent ici et mènent une vie prospère », a-t-il ajouté. « Dans les villes, la plupart de ces gens travaillent comme agents de sécurité, ce qui est un emploi précaire et pas bien rémunéré. Ils gagnent environ 50 000 FCFA [90 $] par mois.

Près de 6 000 Sénégalais sont arrivés par bateau en Italie l’année dernière, souvent après avoir traversé le Sahara à bord d’un camion de contrebandiers et après avoir été menacés d’être enlevés et réduits en esclavages en Libye.

L’union fait la force

Même si persuader les jeunes de retouner au village reste un point de friction, le modèle Kawawawana s’est rapidement répandu en Casamance et dans les pays voisins, offrant à la communauté originale une bouée de sauvetage potentielle.

En 2012, le groupe de plaidoyer KaBeKa (abréviation de « Nous nous organisons pour nous protéger » à Jola) a été fondé, dans le but de coordonner les groupes de conservation indigènes et d’encourager le dialogue au-delà des frontières villageoises. Aujourd’hui, son président, Alexandre Yacinthe Coly, indique qu’il existe 18 associations différentes en Casamance, certaines se concentrant sur la pêche, d’autres sur les forêts, et certaines demandant même un soutien pour combattre la menace émergente de l’extraction du zircon. KaBeKa est en train d’établir pour la première fois un réseau régional de groupes autochtones, en vue d’un réseau national ICCA dans quelques années.

Kawawana était le premier de ces groupes et semblait offrir un modèle à enseigner, dit Coly. « Nous nous sommes dits que nous devons jeter un coup d’œil aux autres communautés du Sénégal qui s’organisent de cette façon, peut-être aussi dans les forêts, ou pour protéger les espèces animales », a-t-il dit.

Lorsqu’un groupe est identifié, KaBeKa l’aide à obtenir une reconnaissance officielle, puis conseille les villages sur les sanctions possibles en cas d’infractions sur leurs terres ou leurs eaux. « Nous devons nous assurer que leurs sanctions sont conformes à la loi, c’est pourquoi nous les formons aux codes (juridiques) existants. De cette façon, ils pourront élaborer leur propre code qui sera applicable, respecté et reconnu par l’État », a-t-il dit.

Le KaBeKa contribue à normaliser des éléments de ces codes de conduite, tout en maintenant des dispositions spécifiques pour chaque communauté. Éventuellement, Coly espère que les codes seront partagés et que les communautés pourront collaborer plus fréquemment pour corriger les points faibles, comme la surveillance.

Plusieurs pêcheurs ont déclaré que les infractions en matière de pêche tombaient souvent entre les mailles du filet de la réglementation environnementale et du droit pénal, les juges refusant d’imposer des accusations criminelles.

The only paved road in the Mangagoulack community. Image by Jennifer O’Mahony for Mongabay.
La seule route bitumée de la communauté de Mangagoulack. Image fournie Jennifer O’Mahony pour Mongabay.

Malick Djiba, secrétaire exécutif de l’ONG de développement de Casamance Agada, a déclaré que la véritable valeur du réseau prévu par KaBeKa réside dans son pouvoir de négociation avec l’État et dans sa capacité à forcer la réforme.

« Les questions légales en rapport au code pénal restent sans solution, car les [juges] ne se réfèrent pas au code de la pêche, mais plutôt au code pénal », a-t-il déclaré. « Nous devons mettre le code pénal à jour pour qu’il reflète les infractions du secteur de la pêche. Le Sénégal a signé l’essentiel des conventions internationales liées à l’environnement et a révisé son code de la pêche. Mais quand il s’agit d’appliquer la loi ? C’est autre chose. »

Borrini-Feyerabend du Consortium ICCA est d’accord. « S’ils restent isolés dans leurs propres coins,la loi et la politique ne changeront jamais, et il n’y a aucun moyen de faire du plaidoyer non plus. Par conséquent, l’idée est de s’assurer qu’à partir de ces cas isolés, des réseaux sont créés », a-t-elle dit.

Chaque mois, des représentants de Kawawana se rendent à Ziguinchor pour participer à des appels radio. C’est l’un des principaux moyens par lesquels les Casamanceens apprennent à connaître les groupes de conservation qui se forment dans leur région. Au cours d’une émission récente, ils ont été rejoints par Ibrahima Diedhiou, un membre éminent d’un ICCA dans le village de Badala, qui se concentre sur l’utilisation des terres.

« Kawawawana et KaBeKa n’ont fait que sensibiliser les communautés au sujet de leur rôle dans la préservation mais aussi dans l’étude de ce qui a disparu », a-t-il dit. « Pouvons-nous replanter des espèces végétales par exemple ? Si les gens continuent à abattre des arbres, nous devons les arrêter. »

Aissatou Sambou, president of the Kawawana oyster collectors’ association, stands in front of a tree by her home. Image by Jennifer O’Mahony for Mongabay.
Aissatou Sambou, présidente de l’association des collecteurs d’huîtres de Kawawawana, se tient devant un arbre près de sa maison. Image fournie Jennifer O’Mahony pour Mongabay.

Pour les membres de Kawawana, la question de la conservation est toujours d’actualité lorsqu’ils se souviennent de l’état précaire de leur vie il y a quelques années à peine.

« Mon premier fils a dû abandonner l’école parce que nous n’avions pas d’argent. Aujourd’hui, nous avons trié les huîtres et j’ai assez d’argent pour la famille. Nous pouvons aussi nous permettre souscrire à un abonnement d’électricité », a déclaré Sambou, le président des collecteurs d’huîtres.

« Cela a aussi renforcé nos liens en tant que communauté. Avant, les gens ne se connaissaient pas assez bien et ne se parlaient pas beaucoup. À présent, grâce aux réunions régionales, il existe une compréhension mutuelle.

Jennifer O’Mahony est jouranliste freelance spécialisé sur l’Afrique de l’ouest. Twitter: @jaomahony.

Citations

Belhabib, D., Koutob, V., Sall, A., Lam, V.W.Y., Pauly, D. (2014). Fisheries catch misreporting and its implications: The case of Senegal. Fisheries Research 151:1-11.

Article published by Maria Salazar
, , , , , , , ,