À propos de mongabay | Aide | Contacter | RSS | Twitter
Page d'accueil    |    Actualités    |    Les forets humides    |    Les poissons tropicaux    |    Photos    |    Pour les enfants     |    Madagascar


Graphique : pertes de forêt en Amérique latine


December 26, 2012


Change in vegetation cover by biome across Latin America, 2001-2010.
AMERIQUE LATINE : Variations nettes du couvert végétal par biome, 2001-2010. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.
[Forêts de conifères – Maquis désertiques/secs – Forêts sèches – Mangroves – Forêts humides – Prairies/maquis montagneux – Pampas – Pantanal – Savane/Brousse – Forêts tempérées]


L’Amérique latine a perdu près de 260 000 kilomètres carrés de forêt – une superficie plus importante que celle de l’état de l’Oregon – entre 2001 et 2010, indique une nouvelle étude, la première à évaluer à la fois les pertes et repousses nettes de forêt dans les Caraïbes, et en Amérique Centrale et du Sud.

Cette étude, publiée dans le journal Biotropica par des chercheurs de l’université de Porto Rico et d’autres institutions, analyse les variations du couvert végétal dans plusieurs biomes, notamment dans les forêts (sèches, tempérées, humides, de mangroves et de conifères), les prairies (pampas, maquis, prairies de montagne, savane, maquis secs ou désertiques) et les zones humides (pantanal). Elle révèle que la majorité des changements de végétation ont eu lieu dans les zones forestières, principalement les forêts tropicales et les forêts sèches moins connues. Les gains les plus importants de végétation ligneuse se sont produits dans les zones de maquis et végétation désertiques.

La déforestation brute s’élève à 542 000 km² tandis que la régénération de végétation ligneuse concerne 362 000 km².

The distribution of hotspots of deforestation and reforestation across Latin America, 2001-2010.
Répartition des zones sensibles de déforestation et reforestation relative aux dix biomes principaux en Amérique latine et aux Caraïbes proposée par Olson et al. (2001). La légende inclut les noms originaux des biomes, les noms utilisés par AIDE ET AL 2012 et la surface de chaque biome basée sur les limites des municipalités, telles que calculées pour l’étude d’AIDE ET AL 2012. Chaque point représente une des 2513 municipalités ayant eu un impact significatif sur la végétation ligneuse au cours de la décennie 2001-2010. Image et légende reproduites avec la permission d’AIDE ET AL 2012. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Légende : Forêts tropicales et subtropicales humides de feuillus - Forêts humides
Forêts tropicales et subtropicales sèches de feuillus - Forêts sèches
Forêts tropicales et subtropicales de conifères - Forêts de conifères
Forêts de feuillus et forêts mixtes tempérées - Forêts tempérées
Prairies, savanes et maquis tropicaux et subtropicaux - Savanes et maquis
Prairies, savanes et maquis tempérés - Pampas
Prairies et savanes inondées - Pantanal
Prairies et maquis montagneux - Végétation et arbustes montagneux
Forêts, bois et broussailles méditerranéens – Méditerranéen
Maquis désertiques et secs - Déserts


L’Argentine a connu la plus grande perte nette pour tous les biomes, en perdant 101 734 kilomètres carrés, principalement sous la forme de forêts sèches (67 140 km²) et prairies (15 729 km²). Le Brésil arrive en deuxième position, avec une perte de 99 424 km², majoritairement sous la forme de forêts humides (145 511 km²). Le Brésil a enregistré la plus grosse perte brute de couvert végétal au cours de la période (245 767 km²), mais cela a été partiellement compensé par le plus gros gain brut (146 342 km²).

Le Mexique a recensé la hausse nette la plus importante de la superficie de biome, soit 96 089 km², en raison d’une augmentation des terrains considérés comme « maquis secs ou désertiques » (79 085 km²), de la repousse des forêts sèches (12 810 km²) et des forêts de conifères (11 907 km²).

L’étude est fondée sur l’estimation des données du satellite NASA MODIS concernant quelques 16 000 municipalités en Amérique latine et aux Caraïbes. Elle exclut les plantations et les grandes zones agricoles.

Change in forest cover across South America, 2001-2010.
Variations du couvert forestier en Amérique du Sud, 2001-2010. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Variations du couvert forestier en Amérique centrale, 2001-2010. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.
<BR><BR>
<a href=http://s3.amazonaws.com/mongabay/charts/caribbean-forests.jpg><img src=http://s3.amazonaws.com/mongabay/charts/caribbean-forests568.jpg width=568 alt=
Variations du couvert forestier dans les Caraïbes, 2001-2010. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.


De façon générale, l’étude a révélé que 80 pour cent de la déforestation ont eu lieu dans seulement quatre pays – le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et la Bolivie – et que celle-ci était étroitement liée à l’agriculture destinée à l’exportation.

« La demande mondiale croissante de produits carnés est un facteur clé qui contribue à la déforestation en Amérique du Sud, et qui a renforcé le défrichage pour le pâturage et l’agriculture à grande échelle » indique l’auteur principal, Mitchell Aide, de l’université de Porto Rico. « Les exportations de bœuf ont considérablement augmenté, et il y aussi eu une explosion de la production de soja. Ces graines de soja ne sont pas destinées à la production de tofu ou de lait de soja, mais à l’alimentation de porcs et volailles en Chine et en Europe ».

L’étude a constaté la régénération de la forêt dans les régions qui sont trop sèches ou abruptes pour l’agriculture industrielle, un résultat cohérent avec les autres études publiées récemment qui suggèrent l’abandon des terres dans les zones marginales et le remplacement croissant de la déforestation à petite échelle par l’abattage industriel de la forêt.

Les augmentations du couvert végétal ont été particulièrement significatives dans les biomes de maquis secs et désertiques au nord du Mexique et au nord-est du Brésil.

« Même si des analyses plus détaillées sont nécessaires afin de mieux comprendre ces tendances, nous pensons que ces gains en végétation ligneuse sont liés à une diminution des activités agricoles ou de pâturage, et à des hausses des précipitations régionales au cours de la dernière décennie » a déclaré le co-auteur Matthew Clark, de l’université d’Etat Sonoma.

L’Amérique latine est la région du monde ayant la plus grande couverture forestière.


CITATION: Aide, T. M., M. L. Clark, H. R. Grau, D. López-Carr, M. Levy, D. Redo, M. Bonilla-Moheno, G. Riner, M. J. Andrade-Núñez, and M. Muñiz. Online August 3, 2012. Deforestation and reforestation of Latin America and the Caribbean (2001-2010). Biotropica. DOI: 10.1111/j.1744-7429.2012.00908.x













MONGABAY.COM
Mongabay offre des actualités et des informations sur la faune et l'environnement.

Mongabay.com cherche à éveiller l'intérêt pour la faune des zones sauvages, tout en examinant l'impact sur la conservation et le développement des nouveautés concernant le climat, l'énergie, les technologies, les sciences économiques et les finances.

Sommaire
Page d'accueil
Actualités
Les forets humides
Les poissons
Photos
Pour les enfants
Madagascar
Langues
À propos
Aide
Contacter RSS/XML






Acheter des photos








Slideshows
Page d'accueil | Actualités | Les forets humides | Les poissons tropicaux | Photos | Pour les enfants | Madagascar | À propos de mongabay | Aide | Contacter | RS | Twitter



Copyright Rhett Butler 2009